Terre des Chèvres
REDCAP Journées de l'herbe Luzerne en fleur - journées de l'herbe - septembre 2011 Chèvre saanen au pâturage Chèvres saanen
Résilience des systèmes d'élevage caprins de Nouvelle-Aquitaine - L'Union européenne, le fond européen agricole pour le développement rural et la Région Nouvelle-Aquitaine investissent dans les zones rurales CRDC - Centre de Ressources et de documentation caprine L'Europe s'engage en Nouvelle-Aquitaine BRILAC Région Nouvelle-Aquitaine Conseil Régional des Pays de la Loire FRCAP - Chevriers Nouvelle-Aquitaine - Vendée
Essai d'implantation d'une prairie multi-espèces sous-couvert d'une céréale ou d'un méteil

Essai d’implantation d’une prairie multi-espèces sous-couvert d’une céréale ou d’un méteil

Emilien, éleveur à Chalandray (86) a implanté deux essais sur l’itinéraire technique de semis de la prairie. Les objectifs étaient de déterminer quels sont les intérêts du couvert (céréale ou méteil) pour sécuriser l’implantation d’une prairie multi-espèces au printemps, notamment concernant la survie à la sécheresse estivale et limiter le salissement ? Pour cela, deux mélanges prairiaux ont été implantés au printemps 2022 (28 mars 2023) selon 3 modalités : sans couvert, avec un couvert d’orge de printemps (semé le 12/02/2022), avec un couvert de mélange céréales-protéagineux (méteil composé de triticale, pois et féverole semé le 1er mars 2022). Le témoin était une prairie classique de l’exploitation : mélange RGH et trèfle violet semé au même moment sans couvert. Les parcelles de l’exploitation sont séchantes.

Jusqu’à la moisson des couverts, les mélanges semés sous couverts étaient bien implantés : très peu d’espèces non semées étaient présentes (< 1%), et les espèces semées étaient toutes présentes. A l’inverse dans la modalité semis sans couvert et le témoin, la parcelle était très sale (40 à 60 % d’autres espèces). La moisson (mi-juillet) a été bonne pour les deux céréales. Par contre, les conditions climatiques (chaleurs très intense et manque d’eau) ont été très défavorables aux plantules de la prairie, qui ont quasiment « séché » sur place. A l’automne et au printemps suivant, la prairie semée représentée moins de 5 % du couvert présent, dans toutes les modalités. Les semis de prairie sous couvert ont donné un meilleur potentiel à la prairie (moins de salissement en sortie de printemps) ; néanmoins, les pics de chaleurs notamment n’ont pas permis aux semis de printemps (quelque soir la modalité), de bien s’exprimer cette année 2022.

Documents

synthese_couvert.pdf

synthese_couvert.pdf

PDF 7.5 Mo