Terre des Chèvres
REDCAP Chèvres saanen Chèvre saanen au pâturage Luzerne en fleur - journées de l'herbe - septembre 2011 Journées de l'herbe
FRCAP - Chevriers Nouvelle-Aquitaine - Vendée L'Europe s'engage en Nouvelle-Aquitaine Résilience des systèmes d'élevage caprins de Nouvelle-Aquitaine - L'Union européenne, le fond européen agricole pour le développement rural et la Région Nouvelle-Aquitaine investissent dans les zones rurales Région Nouvelle-Aquitaine BRILAC CRDC - Centre de Ressources et de documentation caprine Conseil Régional des Pays de la Loire
Comment améliorer l'empreinte carbone du lait de chèvre

Comment améliorer l’empreinte carbone du lait de chèvre

dans le bassin de Nouvelle-Aquitaine et Pays de la Loire ?

« Il est incontestable que les activités humaines sont à l’origine du changement climatique, qui rend les phénomènes climatiques extrêmes, notamment les vagues de chaleur, les fortes précipitations et les sécheresses, plus fréquents et plus graves » (GIEC, 2021). Fort de ce constat, il est indispensable que chacun contribue à l’atténuation du changement climatique. Les filières agricoles représentent environ 18 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) en France, dont environ 1 % est lié aux élevages caprins. Ces émissions de GES sont responsables notamment de l’augmentation de la température sur Terre.

Pour s’assurer que les systèmes mis au point par le REDCap, à savoir des systèmes valorisant l’herbe et les aliments produits sur le territoire local, sont performants sur le plan environnemental, et optimiser leur impact, nous proposons l’acquisition de références sur les émissions de gaz à effet de serre (GES), mais également sur les autres indicateurs environnementaux, grâce à la réalisation de diagnostics carbone (outil CAP’2ER niveau 2 ou équivalent).

30 élevages caprins de Nouvelle-Aquitaine ont été suivis en 2020, avec des données d’élevage de 2019. En moyenne dans notre échantillon, 1,62 kg eq CO2 sont émis pour produire un litre de lait. L’empreinte carbone nette est de 1,52 kg éq CO2/l. Le graphique suivant indique les principaux postes d’émission de GES et de stockage. Les haies contribuent à 91 % au stockage du carbone (0,11 kg éq CO2). Les fermentations entériques (contribution : 35% des émissions, soit 0,57 kg éq CO2), la gestion des effluents (33%, soit 0,54 kg éq CO2) et les achats d’aliments (17%, soit 0,28 kg éq CO2).

La synthèse complète se trouve en téléchargement sur cette page.

Documents

Site internet

Site web de CAP’2ER