Terre des Chèvres
REDCAP Luzerne en fleur - journées de l'herbe - septembre 2011
Région Nouvelle-Aquitaine L'Europe s'engage en Nouvelle-Aquitaine Résilience des systèmes d'élevage caprins de Nouvelle-Aquitaine - L'Union européenne, le fond européen agricole pour le développement rural et la Région Nouvelle-Aquitaine investissent dans les zones rurales CRDC - Centre de Ressources et de documentation caprine Conseil Régional des Pays de la Loire FRCAP - Chevriers Nouvelle-Aquitaine - Vendée BRILAC
La prairie 3.0

La prairie 3.0

De nouveaux outils de gestion de la prairie et du pâturage grâce aux nouvelles technologies de mesure et de communication

La prairie représente la ressource fourragère principale des élevages herbivores. Elle permet de sécuriser et d’assurer la performance de la majorité des élevages. La gestion de l’herbe et des prairies est souvent considérée comme « complexe, imprévisible et donc difficile à anticiper » par de nombreux éleveurs et conseillers. Les nouvelles technologies de mesure et de communication vont permettre de développer de nouveaux outils, afin de se ré-approprier la prairie.

Les applications smartphone : des outils pour des éleveurs de plus en plus connectés

L’étude Agrinautes-Agrisurfeurs 2015 montre que 26% des éleveurs français sont équipés de smartphones et 18% de tablettes. Avec l’arrivée des nouvelles générations d’éleveurs qui ont grandi avec ces nouvelles technologies, l’utilisation d’applications agricoles est en plein essor. Les applications mobiles initialement destinées principalement au grand public commencent à se professionnaliser et un grand nombre est aujourd’hui consacré à l’agriculture. L’Institut de l’Elevage travaille actuellement à développer une offre d’outils aptes à simplifier la gestion des prairies, à réduire les incertitudes en améliorant la fiabilité des prévisions et à optimiser leurs potentiels de production, pour répondre (à l’aide des fonctionnalités de son smartphone) à des questions telles que : Comment diagnostiquer la qualité d’une prairie à partir de l’observation de la flore ? Quelle composition multi espèces implanter en prenant en compte les attentes de l’éleveur et le contexte pédoclimatique local ? Comment entretenir les prairies, face au salissement et la dégradation du couvert ? Comment aménager le parcellaire et gérer le cloisonnement des parcelles ?

Vers une mesure automatisée de la pousse de l’herbe…. Pour un pilotage plus fin du pâturage !

Des outils destinés à faciliter et améliorer la conduite du pâturage ont été développés dans les années 1980. Ils sont peu utilisés en routine par manque de temps, de facilité de mise en œuvre et de coût. Par exemple, connaître la vitesse de croissance de l’herbe permet de mieux gérer la conduite du pâturage, en évitant de se laisser dépasser par l’herbe. Actuellement, l’herbomètre permet de connaître cette cinétique, via des mesures de hauteur d’herbe. Demain, ces mesures seront automatisées (Grasshoper ou C-Dax trainé par un quad). Au-delà de la mesure automatisée, l’innovation réside dans l’utilisation des fonctions GPS et Bluetooth, afin de géolocaliser chaque mesure et de les transmettre directement au téléphone portable. La fonction GPS va ainsi permettre de reconnaître la parcelle sur laquelle sont réalisées les mesures (sa nature et sa surface étant pré-enregistrées) puis de disposer d’une vision 3D du couvert végétal. Les prairies pourront ainsi mieux être gérées au niveau de la fertilisation, et de la gestion du pâturage par un positionnement judicieux des clôtures. L’objectif du Grasshoper n’est pas de se limiter à fournir la biomasse disponible. L’application fournira les coordonnées spatiales de la clôture à installer pour assurer le rationnement du troupeau pour une durée déterminée. Ces outils sont en cours d’évaluation dans les stations expérimentales.

Demain : l’analyse d’image de drone ou satellitaire pour évaluer la production des prairies

L’avenir passera également par l’utilisation et l’analyse d’images spectrales issues de satellites. Cette technologie en développement depuis une dizaine d’année commence à s’intéresser aux problématiques de la prairie, et permettra de proposer des références (biomasse, croissance foliaire, …) à l’échelle de la parcelle ou d’un territoire … Plus accessible aux éleveurs, le drone est également un outil en cours de développement, pour réaliser des photos aériennes à basse altitude, à des fins d’évaluation des rendements ou des attaques par des maladies. Fréquemment utilisé en sur les cultures (colza, céréales, …), des travaux sont actuellement menés pour envisager son utilisation sur la prairie.