Terre des Chèvres
REDCAP journées de l'herbe Chèvre alpine au pâturage Gilles Amiot et ses chevres au pâturage
Résultats technico-économiques des élevages herbagers

Résultats technico-économiques des élevages herbagers

Les systèmes caprins herbagers du Grand Ouest, des systèmes économiquement viables mais une grande variabilité intra système

Retrouvez l’intervention réalisée lors du séminaire final du PSDR Flèche

Résultats technico-économiques des systèmes herbagers du Grand Ouest

À partir des résultats de 101 élevages caprins livreurs du Grand Ouest (Nouvelle Aquitaine, Pays de la Loire, Bretagne) issus des bases de données INOSYS Réseaux d’élevage, CAPT€C et COUPROD en 2017, une typologie permet de distinguer 4 groupes selon le système herbager dominant : les systèmes à dominante foin, le plus représenté, lorsque le foin représente au moins 80 % de la matière sèche (MS) de fourrage ; les systèmes basés sur l’enrubannage lorsque celui-représente au moins 20 % de la MS de fourrages ; les systèmes à dominante pâturage lorsque les chèvres pâturent plus de 90 jours et les systèmes en affouragement en vert lorsque l’herbe fraîche à l’auge représente plus de 30 % de la MS de fourrage. Les systèmes pâturage ont l’autonomie alimentaire la plus élevée (71 %) par rapport aux systèmes enrubannage, foins et affouragement, 58 %, 50 % et 48 %, respectivement. Malgré une production laitière par chèvre plus faible pour ces systèmes (662 L/chèvre vs 848 L/chèvre en moyenne pour les 3 autres systèmes), la rémunération permise aux 1000 litres est la plus élevée grâce à un prix du lait plus élevée et davantage d’aides. Le coût du système alimentaire ramené au 1000 L est relativement proche entre les 4 systèmes, les systèmes pâturage étant pénalisé par des postes « mécanisation » et « foncier » élevés au regard du litrage produit.

La part d’herbe plus élevée dans le régime peut permettre aux systèmes herbagers de mieux résister à l’envolée du prix des aliments concentrés et contribue à la réduction globale du coût de production du lait, et à l’amélioration du revenu. Cependant, cette étude met en évidence la forte variabilité des coûts intra-système que l’on peut imputer à la qualité du fourrage proposé et au manque de maîtrise technique des différents modes de valorisation de l’herbe. L’expérimentation-système INRAE-Patuchev a mis en évidence l’importance de cette maîtrise technique de la qualité des prairies et du fourrage proposé, permettant ainsi d’améliorer la production laitière, tout en diminuant la quantité de concentrés distribués, en particulier dans un système basé sur la valorisation de l’herbe par le pâturage.

Un outil de simulation pour une approche prospective

L’analyse des données du réseau INOSYS Réseaux d’élevage a permis de produire des références technico-économiques sur différents systèmes herbagers. En complément de cet état des lieux, un simulateur informatique du système d’élevage caprin spécialisé a été développé. Cet outil combine un modèle de recherche, qui simule le fonctionnement dynamique du troupeau, avec un module technico-économique, qui intègre le niveau ferme. Le modèle de recherche représente la carrière de chaque chèvre, sur la base des réponses énergétiques à la ration et des évènements de reproduction. L’ensemble des chèvres du troupeau est piloté par des évènements qui représentent les pratiques de conduite (alimentation, reproduction, réforme et renouvellement). sultats économiques de l’atelier (Patuchev (86)).

Le module technico-économique correspond à une chaîne de calcul qui génère différents indicateurs à partir des variables simulées au niveau du troupeau (consommation alimentaire, effectifs, production laitière). La chaîne de calcul a été élaborée grâce aux données du réseau INOSYS Réseaux d’élevage (par exemple, taille et assolement de la SAU) ainsi qu’à différents travaux conduits par IDELE (par exemple, coût de production des fourrages). L’outil de simulation permet une approche prospective complémentaire de l’approche diagnostic réalisée avec les données des réseaux d’élevages. Comme le temps de calcul associé aux simulations est un obstacle à l’utilisation en direct de l’outil, une interface graphique a été développée pour explorer les résultats d’un ensemble de scénarios simulés en amont. Les paramètres de conduite du troupeau peuvent être modifiés par l’utilisateur grâce à des curseurs et les graphiques représentant les résultats technico-économiques sont mis à jour instantanément. Cette interface permet d’appréhender les effets de changement de pratiques et constitue un support de discussion autour des questions de transition de systèmes. La valeur prédictive des scénarios reste un point à améliorer mais l’aboutissement de l’interface illustre l’intérêt de la collaboration entre modèle recherche et données de terrain.

Rédacteurs :

  • Nicole Bossis, Institut de l’élevage • nicole.bossis@idele.fr
  • Laurence Puillet, INRAE-AgroParisTech UMR MoSAR• Laurence.Puillet@inrae.fr

Partenaires et remerciements  Nous remercions les techniciens qui assurent les suivis Inosys-Réseaux d’élevages, COUPROD et CAPT€K et les éleveurs qui participent à ces dispositifs.