Terre des Chèvres
REDCAP Chèvres au pâturage
Empreinte environnementale des élevages caprins

Empreinte environnementale des élevages caprins

Quelle empreinte environnementale des exploitations caprines du Grand Ouest ?

Le projet FLECHE (Fromages et Laits issus d’Elevages de Chèvres conduits à l’HErbe) a pour objectif principal de renforcer la dynamique de la filière caprine du Grand Ouest en assurant la durabilité économique, sociale et environnementale des exploitations. Ainsi, la première étape du projet consiste à préciser les intérêts et les freins techniques, économiques, notamment environnementaux ou culturels exprimés au sujet de l’augmentation de la part d’herbe pâturée ou conservée dans la ration des chèvres, et la place de la prairie dans la recherche d‘autonomie alimentaire. Il s’agit donc ici de quantifier l’empreinte environnementale des exploitations caprines du Grand Ouest par la mise au point d’un outil d’évaluation environnementale en construisant la version caprine de l’outil CAP’2ER®. CAP’2ER® est un outil web d’évaluation des performances environnementales des exploitations d’herbivores développé par l’Institut de l’élevage. Dans le cadre de la création de cet outil, le prototype a été construit et testé dans un panel de 16 exploitations caprines du Grand Ouest afin de valider la cohérence des données nécessaires dans l’outil et leur disponibilité sur le terrain, ainsi que d’évaluer l’avis des éleveurs sur le logiciel et à la démarche.

Retrouvez l’intervention réalisée lors du séminaire final du PSDR Flèche

Description de l’échantillon

Comme le montre la carte ci-dessous, les tests de l’outil ont été réalisés sur le territoire du Grand Ouest. Cette figure présente les effectifs et systèmes alimentaires des élevages enquêtés par région. Présentation des résultats environnementaux : Les externalités environnementales de l’élevage

Les impacts environnementaux liés à l’élevage sont de deux types :

  • Des impacts globaux tels que l’utilisation des énergies fossiles et les émissions de gaz à effet de serre, responsables du réchauffement climatique ;
  • Des impacts locaux tels que les rejets en azote et en phosphore dans le milieu, responsables de l’eutrophisation des milieux aquatiques et de l’acidification de l’air.

Plus précisément, les principaux impacts environnementaux des systèmes d’élevage d’aujourd’hui sont : le changement climatique, la dégradation de la structure des sols, la disponibilité et la pollution des eaux, la perte de biodiversité et l’effet sur les paysages. L’élevage représente également de nombreuses externalités positives qui ne sont que trop peu mises en avant, la préservation des paysages et de la biodiversité par l’entretien des mosaïques paysagères avec de nombreux habitats en font partie. Le maintien des prairies pour l’élevage ont de nombreux avantages : ce sont de réels puits de carbone permettant la compensation d’une partie des émissions de gaz à effet de serre. Le recouvrement constant du sol en herbe permet de prévenir l’érosion et de maintenir une certaine biodiversité floristique. Ces prairies sont régulièrement entourées de haies constituant, non seulement de vrais puits de carbone, mais aussi des filtres à eau et des réservoirs de biodiversité. Le pâturage permet également l’entretien des zones difficiles d’accès et non labourables, particulièrement en montagne. La valorisation des parcours et des landes, plus ou moins boisés, principalement par les ovins et les caprins, permet la conservation de ces surfaces ayant un très fort intérêt écologique.

Résultats du projet

En ce qui concerne l’échantillon, les émissions brutes des gaz à effet de serre sont en moyenne de 1,05 kg éq CO2/L de lait produit alors que les émissions nettes des gaz à effet de serre sont en moyenne de 0,91 kg éq CO2/L de lait produit. Cette différence s’explique par le stockage de carbone permis par les prairies et les haies. Il permet une compensation moyenne sur l’échantillon de 13% des émissions brutes des GES.

Suite aux avancées dans le cadre du projet FLECHE, un projet sur l’évaluation environnementale des systèmes caprins a débuté en 2019 et se poursuit encore aujourd’hui. En effet, dans le cadre de son plan filière, l’Association Nationale Interprofessionnelle Caprine (ANICAP) souhaite mettre à disposition des éleveurs et des techniciens l’outil CAP’2ER® (Calcul Automatisé des Performances Environnementales en Élevage de Ruminants) afin d’initier une démarche environnementale sur l’amont agricole pour la filière caprine.

L’objectif est de sensibiliser les éleveurs et les techniciens à la prise en compte de l’environnement dans le fonctionnement des systèmes d’élevage caprins. Dans le cadre de ce nouveau projet, le prototype de l’outil CAP’2ER® Niveau 1 construit au cours du PSDR FLECHE a été mis à jour et informatisé. Cet outil est donc aujourd’hui disponible (www.cap2er.fr/Cap2er/). Plus d’information sur http://idele.fr/services/outils/cap.... Les travaux pour le développement du Niveau 2 ont également commencé dès le début d’année 2020 et la mise à disposition de cet outil est prévue pour début 2021. En parallèle du développement de CAP’2ER® Niveau 2 pour la filière caprine, ce projet inclut également le développement d’un module de transformation à la ferme. Ce module de transformation à la ferme sera mobilisable autant pour le Niveau 1 que pour le Niveau 2.

Rédacteurs :

  • Aurore Vigan, Institut de l’élevage • aurore.vigan@idele.fr
  • Quitterie Combourieu, Institut de l’élevage
  • Sindy Moreau, Institut de l’élevage

Remerciements  : Merci à l’ensemble des éleveurs qui ont contribué à ce projet.

Site internet

Pour aller + loin