Terre des Chèvres
REDCAP Triticale - Pois Qualité des fourrages Chèvre saanen au pâturage
Région Nouvelle-Aquitaine L'Europe s'engage en Nouvelle-Aquitaine FRCAP - Chevriers Nouvelle-Aquitaine - Vendée CRDC - Centre de Ressources et de documentation caprine BRILAC Résilience des systèmes d'élevage caprins de Nouvelle-Aquitaine - L'Union européenne, le fond européen agricole pour le développement rural et la Région Nouvelle-Aquitaine investissent dans les zones rurales Conseil Régional des Pays de la Loire
L'affouragement en vert en élevage caprin

L’affouragement en vert en élevage caprin

Depuis quelques années, l’affouragement en vert connaît un regain d’intérêt en production caprine. Cette technique d’alimentation est-elle faite pour vous ? Est-elle adaptée à votre système d’élevage ? Ce guide a pour ambition de répondre à ces questions en décrivant, pas à pas et dans le détail, le pilotage de l’affouragement en vert dans les élevages de chèvres français.

En apportant l’herbe verte directement aux chèvres, environ 6 % des éleveurs français diminuent le coût alimentaire et valorisent la surface fourragère, parfois trop éloignée ou trop contraignante pour envisager du pâturage. Mais attention aux charges de mécanisation.

L’affouragement en vert permet d’offrir de l’herbe verte aux animaux là où le pâturage est compliqué et de diminuer le coût alimentaire tout en valorisant mieux la surface fourragère, même éloignée ou morcelée. Interrogés en 2016, 17 éleveurs caprins confirmaient leur intérêt pour ce mode opératoire. Parmi ces éleveurs des Pays-de-la-Loire, Bretagne, Nouvelle-Aquitaine, Bourgogne et Rhône-Alpes, la plupart avaient adopté l’affouragement en vert après avoir pratiqué le pâturage ou l’ensilage de maïs. Par rapport au système pâturant, le premier intérêt est de s’affranchir des problèmes de parasitisme tout en continuant à valoriser de l’herbe verte avec une augmentation de taille de troupeau. Les éleveurs apportant auparavant de l’ensilage de maïs apprécient, eux, de diminuer les apports en concentrés protéiques tout en limitant les risques sanitaires. C’est enfin un moyen pour certains de respecter un cahier des charges AOP.

En revanche, pour être intéressant économiquement, l’affouragement en vert nécessite de bien maîtriser les coûts de mécanisation, à calibrer en fonction de la taille des troupeaux et des distances à parcourir. D’un point de vue travail, l’affouragement en vert demande aussi un parcellaire proche et des bâtiments adaptés.

Ce guide technique apportera des réponses aux éleveurs de chèvres qui souhaitent mettre en place de l’affouragement en vert dans leur élevage ou améliorer leur pratique ! Informations techniques, témoignages d’éleveurs et références scientifiques seront la base de ce document.