Terre des Chèvres
REDCAP Chèvres au pâturage Chèvres au pâturage
CRDC - Centre de Ressources et de documentation caprine L'Europe s'engage en Nouvelle-Aquitaine FRCAP - Chevriers Nouvelle-Aquitaine - Vendée Résilience des systèmes d'élevage caprins de Nouvelle-Aquitaine - L'Union européenne, le fond européen agricole pour le développement rural et la Région Nouvelle-Aquitaine investissent dans les zones rurales Région Nouvelle-Aquitaine Conseil Régional des Pays de la Loire BRILAC
Les dérobées fourragères en élevage caprin

Les dérobées fourragères en élevage caprin

Dans le cadre des journées de printemps de l’AFPF (Association Française pour la Production Fourragère), 90 chercheurs et conseillers ont échangé fin mars 2018 sur le thème des fourrages annuels complémentaires. Il s’agit de cultures tels que les méteils (mélanges céréales-protéagineux récoltés immatures), dérobées fourragères, crucifères, ... qui seront valorisés en vert ou récoltés et conservés par voie humide ou sèche.

En 2016, un tiers des élevages caprins non-pastoraux suivis au sein du réseau Inosys-Réseau d’Elevage valorisait des cultures fourragères annuelles complémentaires. En moyenne, entre 4 et 6 ha de SFP sont implantés par les éleveurs valorisant des cultures fourragères annuelles, soit entre 10 et 13 % de la SFP.

Cinq principaux fourrages sont valorisés dans l’alimentation des chèvres :

  • des fourrages précoces de début de printemps tels que le ray-grass d’Italie (RGI) en pur ou l’association RGI-trèfle incarnat qui sont affouragés, pâturés, enrubannés ou ensilés avant l’implantation de maïs ou bien des mélanges de céréales et protéagineux pâturés ou affouragés, chez 16 % des éleveurs ;
  • des fourrages de soudure d’été tels que le sorgho fourrager ou le millet, pour faire face à des périodes estivales sèches chez 6,4 % des éleveurs ;
  • des fourrages de fin d’automne (crucifères) tels que le colza fourrager ou le chou fourrager semés à la fin de l’été et généralement affouragés, chez 2,4 % des éleveurs ;
  • des fourrages pour faire du stock, intensifier le rendement de la parcelle et/ou sécuriser l’implantation d’une prairie en légumineuses avec un semis sous-couvert, tels que des mélanges céréales-protéagineux immatures récoltés en enrubannage ou ensilage chez 6,4 % des éleveurs ;
  • la betterave fourragère chez 3,2 % des éleveurs.

Entre 2007 et 2016, le nombre d’éleveurs valorisant ces cultures a doublé, en lien avec une volonté de répondre aux attentes réglementaires (couverture du sol), de sécurisation du système fourrager et d’optimisation des rotations. De nombreuses questions se posent par rapport à ces fourrages, qui sont utilisés en élevage, mais dont peu de références techniques existent. Quels fourrages complémentaires introduire pour sécuriser son système fourrager et à quel coût ? Quelles sont leurs intérêts et leurs limites ? Quelle peut être leur place dans la rotation, dans quels contextes climatiques et pour quels types d’élevage ? Comment ces cultures sont-elles conduites et valorisées ? Comment les intègre-t-on dans l’alimentation des animaux (pâturage ? ensilage ? enrubannage ?).