Terre des Chèvres
REDCAP Journées de l'herbe Chèvres alpines
L'Europe s'engage en Nouvelle-Aquitaine Résilience des systèmes d'élevage caprins de Nouvelle-Aquitaine - L'Union européenne, le fond européen agricole pour le développement rural et la Région Nouvelle-Aquitaine investissent dans les zones rurales BRILAC CRDC - Centre de Ressources et de documentation caprine FRCAP - Chevriers Nouvelle-Aquitaine - Vendée Conseil Régional des Pays de la Loire Région Nouvelle-Aquitaine
[050] Atelier E : "Préparation des boucs : ça va faire mâle !"

[050] Atelier E : "Préparation des boucs : ça va faire mâle !"

Quel entraînement pour passer les sélections et assurer les résultats (groupage, fertilité, ...) ?

Pour une bonne réussite de la reproduction, le parcours des boucs doit passer par une sélection précoce et adaptée, un entrainement efficace et une phase de confirmation avant la reproduction.

La réussite de la reproduction conditionne la production laitière, la conduite des chèvres, l’élevage des chevreaux et la réussite de la reproduction suivante. Pour éviter un cercle vicieux qui désorganiserait le travail dans l’élevage, il faut porter une attention particulière à la préparation des reproducteurs femelles et mâles.

La phase de sélection a pour objectif de choisir précocement les boucs de renouvellement et d’optimiser leur conduite. Le premier critère de sélection est la génétique des ascendants. Il faut ensuite s’assurer que les boucs n’aient pas de tares (mâchoire, aplombs, anomalie des trayons). Attention certaines tares ne peuvent se détecter qu’après quelques mois. Il faut donc une surveillance régulière. Pour permettre d’atteindre un bon gabarit et d’exprimer un bon comportement sexuel à la puberté, il faut également de bonnes conditions d’élevage (logement, ration, quarantaine ?...).

Afin d’avoir des boucs actifs et aptes à assurer la reproduction, un « entrainement » adapté est nécessaire. Cela passe par une bonne alimentation en phase de préparation mais aussi en période de saillies. Leur logement devra donc permettre d’assurer une surveillance aisée de l’abreuvement, de l’alimentation et de leur état général. Si des interventions sont à effectuer (onglons, cornes, vermifuge…), il faudra les anticiper environ 2 mois avant la reproduction. Pour une reproduction à contre-saison, il faudra être d’autant plus vigilant à la préparation lumineuse et aux effectifs nécessaires pour assurer chaque période de saillies.

Quelques vérifications simples permettent de valider l’efficacité de l’entrainement et de « confirmer » les boucs retenus pour les saillies. Quelques semaines avant la reproduction, il peut s’avérer utile de vérifier l’état général des boucs (absence de signes cliniques, abcès ou boiteries, état corporel). Certains signes peuvent indiquer l’entrée en saison sexuelle (volume / texture des testicules, réserve spermatique). Enfin un réveil sexuel ou une évaluation du comportement peuvent également être recommandés pour optimiser la réussite de certains protocoles de reproduction.

Pour éviter les déconvenues, une règle simple consiste à prévoir plus de boucs au départ de façon à pouvoir au moindre doute écarter un ou des boucs de la reproduction.

Intervenants : Fabrice Bidan (Idele), Karine Boissard (INRA), Jean-Luc Bonné (Capgènes), Alice Fatet (INRA), Jean-Marc Jarry (Saperfel), Lisa Johnson (Évolution), Bernard Poupin (Seenovia)

Documents