Terre des Chèvres
REDCAP Chèvres au pâturage Triticale - Pois Chèvre alpine au pâturage
Conseil Régional des Pays de la Loire BRILAC FRCAP - Chevriers Nouvelle-Aquitaine - Vendée Résilience des systèmes d'élevage caprins de Nouvelle-Aquitaine - L'Union européenne, le fond européen agricole pour le développement rural et la Région Nouvelle-Aquitaine investissent dans les zones rurales L'Europe s'engage en Nouvelle-Aquitaine Région Nouvelle-Aquitaine CRDC - Centre de Ressources et de documentation caprine
[060] Atelier F : Mélanger n'est pas jouer !

[060] Atelier F : Mélanger n’est pas jouer !

Les règles pour préparer une bonne ration mélangée pour mes chèvres : quels aliments et dans quel ordre ? Quelles mélangeuses ?

Distribuer une ration mélangée à ses chèvres a de nombreux avantages. La mécanisation de la préparation de la ration et de la distribution avec une mélangeuse va permettre un gain de temps, de précision dans la quantité de chaque aliment apportée et dans la diversité des aliments utilisés. La distribution de l’alimentation sera également moins pénible, plus précise et plus homogène entre les animaux. Enfin, le « gaspillage » d’aliments par le tri sera diminué, car le comportement de tri de la chèvre sera rendu plus difficile par le mélange et moins de refus seront acceptés. Il faudra également prendre en compte qu’une ration mélangée nécessite des investissements matériels importants et des frais de mécanisation non-négligeables. L’éleveur est également dépendant de problèmes mécaniques éventuels. Il faudra donc conserver un niveau de production suffisant pour diluer ces charges, tout en cherchant à diminuer le coût des aliments. Avant de mettre en place une ration mélangée, il faudra idéalement être en capacité de prévoir une zone de préparation du mélange propre, bétonnée et couverte, avec les stocks d’aliments à moins de 50 m et située à moins de 150 m de la chèvrerie. Le couloir devra être suffisamment large (> 5m) et haut (3-3,5m) pour la circulation de la mélangeuse. La chèvrerie devra être traversante, avec des manœuvres limitées et faciles autour de la chèvrerie.

Des conseils pour réussir sa ration mélangée

En premier lieu, nous recommandons de conserver un râtelier de foin grossier ou de paille appétant et disponible, qui permettra de sécuriser le mélange, tout en favorisant la rumination des chèvres. Avec une ration mélangée, il faut viser entre 1 et 5 % de refus.

- La préparation du mélange

Tout type d’aliment peut être mis en mélange. L’ensilage de maïs n’est pas une obligation ! Pour remplir la mélangeuse, il est conseillé d’introduire en premier 1/les fourrages fibreux à découper, puis 2/les concentrés et les CMV, 3/les ensilages d’herbe et de méteil et de finir par 4/les fourrages prédécoupés et l’ensilage de maïs. Idéalement, on vise un taux de matière sèche compris entre 45 et 55% de MS. Cela permet de limiter le tri (ration trop sèche) et les risques métaboliques (ration trop humide). Concrètement, il suffit d’ajouter de l’eau dans le mélange s’il est trop sec. Les mélangeuses à vis horizontales sont fonctionnelles et efficaces pour des niveaux de remplissage de 20 à 80%. Cela donne de la souplesse dans leur utilisation. À l’inverse, pour les mélangeuses à pâle ou à vis verticales, il faut avoir entre 70 et 85% de la mélangeuse remplie.

- La distribution du mélange

L’auge doit être lisse et plane, débarrassée des refus avant toute nouvelle distribution. Il faudra veiller à l’homogénéité du cordon de mélange distribué. Si ce n’est pas le cas, il faut rééquilibrer le cordon à la fourche. Il faut qu’au moins 50% du mélange soit accessible par la chèvre lors de la distribution. Ensuite, 1 à 2 repousses (au moins 5 h après ce repas) rendront accessible le reste de la ration.

Intervenants : Maxime Blanchard (Seenovia), Marie-Gabrielle Garnier (Saperfel), Daniel Colin (Chambre d’Agriculture 79), Barbara Fança (Institut de l’Elevage), Emma Gourlez (ENSAT)

Documents