Terre des Chèvres
REDCAP Chèvres au pâturage Journées de l'herbe Chèvres saanen
Région Nouvelle-Aquitaine FRCAP - Chevriers Nouvelle-Aquitaine - Vendée L'Europe s'engage en Nouvelle-Aquitaine CRDC - Centre de Ressources et de documentation caprine Résilience des systèmes d'élevage caprins de Nouvelle-Aquitaine - L'Union européenne, le fond européen agricole pour le développement rural et la Région Nouvelle-Aquitaine investissent dans les zones rurales Conseil Régional des Pays de la Loire BRILAC
Quels méteils grain pour les chèvres ?

Quels méteils grain pour les chèvres ?

De l’itinéraire technique à la valorisation par l’animal

Pour accompagner les éleveurs caprins expérimentés et novices, le Réseau REDCap a mis en place un dispositif d’acquisition de références en ferme. Entre 2016 et 2019, 190 méteils récoltés par 75 éleveurs de chèvres en Nouvelle-Aquitaine et Pays de la Loire ont été étudiés. Pour chaque échantillon, les espèces semées et la dose de semis, ainsi que l’itinéraire technique et le rendement ont été relevés avec les éleveurs. Le mélange récolté a été trié pour déterminer sa composition et ensuite a été analysé en analyse biochimique au Labco de Surgères afin de déterminer la valeur alimentaire.

Cette plaquette s’appuie sur ces résultats pour décrire les pratiques et apporter des recommandations.

L’objectif d’un méteil grain est de conforter l’autonomie protéique de l’élevage. Ainsi, nous souhaitons produire un méteil grain à plus de 16 % de MAT et à 1 UFL, avec un rendement supérieur à 35 qx/ha. Ceci équilibrera au mieux les rations. Dans notre étude, un quart des méteils atteignent ces objectifs.

Certaines recommandations caractérisent les méteils les plus performants et les plus stables en termes de rendement et de valeur protéique :

  • La présence de féverole sécurise le rendement et la valeur protéique ! C’est le protéagineux clé des méteils.
  • Semez entre 250 et 350 graines par m², dont environ 10-15 % de protéagineux
  • Le triticale sécurise le rendement et sert de pivot au protéagineux, à semer à 200 à 250 graines/m²
  • Un mélange de 3 à 5 espèces est le bon compromis.
  • Privilégiez l’association de deux protéagineux, pour sécuriser sa récolte et limiter la variabilité inter-annuelle (pois fourrager : 15-20 graines/m² et féverole : 10-15 graines/m²) Par ailleurs, si vous souhaitez diversifier votre mélange, limitez l’avoine à 45-60 graines/², la vesce à 5-15 graines/m² et évitez l’orge (sauf en sols superficiels).

Documents