Terre des Chèvres
REDCAP Chèvres au pâturage Chèvres au pâturage
FRCAP - Chevriers Nouvelle-Aquitaine - Vendée Résilience des systèmes d'élevage caprins de Nouvelle-Aquitaine - L'Union européenne, le fond européen agricole pour le développement rural et la Région Nouvelle-Aquitaine investissent dans les zones rurales BRILAC Région Nouvelle-Aquitaine L'Europe s'engage en Nouvelle-Aquitaine CRDC - Centre de Ressources et de documentation caprine Conseil Régional des Pays de la Loire
Qualité des fourrages

Qualité des fourrages

L’objectif de l’action est

  • d’identifier les fourrages adaptés aux chèvres laitières sur la base de l’expertise des éleveurs
  • puis de déterminer les critères analytiques communs qui les caractérisent.

L’enjeu de REDCap est la valorisation maximum des fourrages dans la ration et la diminution de la quantité de concentré (voir objectifs ci-dessus). La couverture des besoins par le fourrage est limitée par la capacité d’ingestion et un apport de concentré est nécessaire. A priori le fourrage requis pour permettre la diminution de concentré est caractérisé par une bonne ingestibilité (encombrement faible), une bonne digestibilité et une teneur élevée en énergie.

L’ingestion dépend de facteurs liés à la chèvre, aux pratiques alimentaires et au fourrage. La capacité d’ingestion (CI) est liée au stade physiologique de la chèvre (gestation, lactation), à son format, son état corporel et sanitaire. Les quantités ingérées sont également liées aux pratiques de distribution : nombre de repas et niveau de refus accepté, quantité de concentré dans la ration.

Le fourrage en terme d’ingestion se caractérise par sa valeur d’encombrement (VEf)* qui dépend de sa composition botanique, du stade de récolte et de la méthode de conservation. C’est ce dernier facteur que l’on se propose d’explorer. Au-delà des critères analytiques qui permettent de calculer la VEf les fourrages identifiés par les éleveurs comme particulièrement adaptés aux chèvres présentent-il des caractères analytiques, de composition botanique, des caractéristiques physiques qui contribuent à l’appétence et à une consommation élevée ?

Dans ce sens nous proposons aux éleveurs du réseau de choisir le fourrage de leur production qu’ils estiment le meilleur et d’indiquer à quel stade de la production ils l’ont utilisé et avec quel niveau de complémentation. La composition botanique et les quantités distribuées sont un plus si elles sont disponibles. Ces fourrages seront analysés et si des quantités suffisantes sont mobilisables ces fourrages pourraient être utilisés pour des mesures d’ingestion volontaire au troupeau des Verrines.

*Dans le système français de calcul des rations la CI et la VEF s’expriment par la même unité d’encombrement (UE).