Terre des Chèvres
REDCAP Chèvre saanen au pâturage Chèvres saanen Journées de l'herbe Luzerne en fleur - journées de l'herbe - septembre 2011
L'Europe s'engage en Nouvelle-Aquitaine FRCAP - Chevriers Nouvelle-Aquitaine - Vendée CRDC - Centre de Ressources et de documentation caprine Conseil Régional des Pays de la Loire BRILAC Région Nouvelle-Aquitaine Résilience des systèmes d'élevage caprins de Nouvelle-Aquitaine - L'Union européenne, le fond européen agricole pour le développement rural et la Région Nouvelle-Aquitaine investissent dans les zones rurales
A Villefagnan (Charente), un système en polyculture-élevage

A Villefagnan (Charente), un système en polyculture-élevage

A Villefagnan, dans le nord de la Charente, 6 éleveurs réfléchissent à l’adaptation de leur système d’élevage au changement climatique, dans un contexte de systèmes d’élevage en polyculture-élevage, avec 400 chèvres et 150 ha de surface agricole. La luzerne est le pivot du système fourrager. Ce groupe est animé par Manon Proust de CopAvenir.

Diversifier les luzernes pour plus de sécurité !

Dans le nord de la Charente, à Villefagnan, un groupe de 5 éleveurs participe au projet régional sur l’adaptation des systèmes caprins au changement climatique. La luzerne est le pivot de leur système fourrager et demande une maîtrise technique aussi importante que la conduite du troupeau ou des cultures annuelles. Une solution déjà mise en œuvre se résume en un mot : DIVERSITÉ. La luzerne n’est plus conduite en culture seule, mais avec d’autres légumineuses : trèfle violet, incarnat, blanc, lotier. Cela permet de « remplir les trous » dans des parcelles hétérogènes, limiter le salissement et la pression de la cuscute, tout en confortant la 1ère coupe après l’implantation. La dose en pur de semences de luzernes (inoculées évidemment) avec un peu de trèfles suffit ! Les éleveurs mélangent aussi différentes variétés de luzerne dans leur semoir (de 2 à 5-6 variétés flamandes et parfois méditerranéennes). L’intérêt de ces mélanges est confirmé par des travaux d’INRAE à Lusignan : la diversité variétale permet une meilleure stabilité du rendement entre années et une meilleure production de biomasse sous stress hydrique. Le consensus se fait aussi sur des semis de la luzerne au printemps, de plus en plus sous-couvert d’une céréale (avoine par exemple) ou de tournesol (si RU suffisante). Cela permet une bonne implantation de la luzerne et assurera un rendement dès la 1ère année. Aujourd’hui, et demain encore plus, l’enjeu sera aussi de récolter une première coupe précoce et riche en protéines… pour nourrir le troupeau et permettre de bonnes repousses de la prairie avant l’été. Enrubannage et foin séché en grange (en botte ou en vrac) sont donc deux réflexions fortes dans ce groupe, à court ou moyen terme.